L’agence américaine Garden Media publie chaque année une étude des grands courants de la société qui influenceront le marché du jardin pour les 12 prochains mois. L’édition 2018 révèle que le thème de « la nature au service de la santé mentale » constitue la tendance dominante. Le jardin sur ordonnance devient la prescription indispensable au bien-être psychologique de chacun d’entre nous.

La nature au service de la santé mentale
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la dépression est la première cause de morbidité et d’incapacité dans le monde. Elle concerne plus de 300 millions de personnes dans le monde, soit une hausse de plus de 18 % de 2005 à 2015. La génération Y est la plus stressée et anxieuse. 81 % des 13-34 ans font de leur santé mentale une priorité et cherchent un équilibre entre le bien-être mental et physique.
 La montée en puissance de l’hortithérapie et des jardins de soins signe cette prise de conscience au sein des établissements de santé. Dans les entreprises, les Corporate Garden se développent et les ateliers de jardinage ont la cote.

Intégrer le dérèglement climatique
Les jardins s’adaptent au réchauffement climatique. Les plantes résistantes à la sècheresse (plantes xérophytes) et aux tempêtes donnent naissance à des jardins pérennes plus adaptés à l’évolution du climat. 2017 est l’année la plus chaude selon l’OMS. Si certaines essences telles que le Chêne supportent mal la sècheresse et disparaissent progressivement de notre paysage, de nouvelles variétés d’arbres et de plantes méditerranéennes apportent des solutions efficaces en conciliant esthétique et gestion de l’eau.

Le réseau social des plantes
Désormais, les végétaux sont associés pour une association « gagnant-gagnant » sur le terrain. Tu me protèges des parasites, je t’offre la fraicheur de mon ombrage. Les jardiniers s’inspirent de la coopération entre plantes qui s’apportent des bénéfices mutuels plutôt que d’être en compétition. Faites l’amour pas la guerre, la nature cultive l’esprit collaboratif depuis ses origines.

Le jardin imparfait
Inspiré de la culture japonaise du Wabi-Sabi qui consiste à « apprécier les imperfections dans la vie et la capacité de vieillir avec grâce ». Le jardin est humble, modeste, presque nu telle une nature idéale. La main de l’homme est invisible. Le jardin naturaliste en est une belle expression avec son foisonnement faussement maitrisé. Parce que la nature préfère la simplicité, les paysagistes cultivent un esprit champêtre dans un désordre sophistiqué. C’est tout l’art de ce beau métier. Le jardin 2018 sera à la fois plus sauvage tout en restant structuré. Les matériaux bruts et naturels, usés et rouillés retrouvent leur place dans nos extérieurs. Pâquerettes et coquelicots font partie des invités au jardin.

Un espace pour respirer
La pause jardin, l’oasis de fraicheur, le cocon de verdure, … le temps est suspendu et le mental s’apaise. Le jardin redevient une parenthèse enchantée qui aide à lutter contre le stress et cultive les plaisirs simples. Les entreprises installent des plantes pour purifier l’air des bureaux, les écoles créent des jardins pour éveiller les sens. Les parcs publics accueillent les cours de yoga et de relaxation. Méditer au jardin est la grande quête du moment.

Arroser sans gaspiller l’eau
Piscines naturelles et fontaines en circuit fermé proposent d’économiser l’eau sans la bannir de nos jardins. La phyto-épuration ou la technique du paillage sont autant de méthodes pour intégrer l’eau comme une ressource précieuse. Les récupérateurs d’eau de pluie sont customisés et les rivières sèches rythment les jardins. Et on revient également au savoir-faire des anciens qui répétaient « un binage vaut deux arrosages ». Le jardinier doit revenir à l’essentiel : le travail du sol. Amender la terre et biner avant les pluies sont des gestes à ne jamais négliger.

Cultiver des légumes riches en protéines
Brocoli, haricots, courges, noix, choux, épinards, … Les protéines d’origine végétale sont plus saines que celles provenant des animaux qui détiennent plus de calories et de graisses. Selon Harris Interactive, 32 % des Français déclarent consommer moins de viande qu’i y a deux ans.  Les carrés potagers sont conçus pour les petits jardins et petits balcons. La tomate est la star de l’été et nous rappelle qu’elle est bien un fruit (et non un légume) : sucrée et pleine de vitamines. Incomparable avec celle vendue en magasin…

La couleur pourpre pour rester en forme
Cette couleur symbolise la santé. En effet, les nuances de pourpre (plus précisément violette, mauve, bleue, rose et rouge) de certains fruits et légumes sont dues à la présence d’anthocyanines. Ces antioxydants au pouvoir puissant ont des vertus reconnues dans la prévention contre le cancer. Leur effet anti-âge n’est plus à démontrer.
Cassis, myrtille, raisin sec, figue, pruneau, prune, aubergine, mûre, raisin rouge, raisin noir, raisin sec, cerise, orange sanguine…Les fruits rouges sont aussi une bonne source de polyphénols (vitamine P) qui ont des effets protecteurs pour notre santé : sphères cardiovasculaire (tension artérielle), hépatique et cérébrale (mémoire).

 

Pin It on Pinterest

UA-106587834-1