Originaire d’Australie, le Mimosa offre des flocons dorés et parfumés, presque toute l’année. Contrairement aux idées reçues, les mimosas ne fleurissent pas tous en hiver. Introduit sur la Côte d’Azur vers 1850, on compte plus de 1 200 variétés de mimosas dans le monde. Leur croissance est rapide (30 à 60 cm par an) et son feuillage persistant graphique et sa floraison abondante en boule d’or parfumée expliquent le grand succès du mimosa.

Le mimosa craint-il le gel ?
Non. Le mimosa le plus courant (Acacia dealbata) voit ses branches geler en dessous de -8 °C mais repart à la base de la souche et fait des pousses de 3 m dans la saison. Si la plupart des variétés ne survivent pas en dessous de -6 C°, des exceptions comme Acacia pravissima résistent jusqu’à -10 °C, ou encore Acacia siculiformis, jusqu’à -8 °C.

Les mimosas se sèment-ils facilement ?
Oui. Les graines se conservent plus de 10 ans au sec. Si vous les faite tremper pendant 12 heures elles pourront lever régulièrement, sinon elles ont tendance à lever les unes après les autres. Les passer au papier de verre accélère la germination. Après la levée, les plantules poussent vite et on peut espérer une première floraison en moins de 3 ans.

Les mimosas sont-ils envahissants ?
Oui pour le mimosa des fleuristes (Acacia dealbata) a la fâcheuse manie d’émettre des rejets à partir des racines en tous sens. Il pose d’ailleurs un problème écologique de taille dans le Var (massif de l’Esterel). Mieux vaut donc l’éviter.
Non pour les autres espèces qui ne rejettent pas et ne sont pas envahissantes. Attention tout de même : vérifiez que votre mimosa ne se ressème pas dans votre jardin.

Le mimosa ne fleurit-il qu’en hiver ?
Non. Beaucoup de mimosas marquent l’hiver (le retour de l’humidité dans leur région d’origine), mais certains ont la faculté de fleurir à plusieurs reprises au fil de l’année. Le Mimosa des 4 saisons est le champion (Acacia retinodes). Il fleurit en continu, par vagues plus ou moins fournies. Il n’est jamais couvert de fleurs mais forme des boutons régulièrement. En cas de gel, les boutons dépérissent mais d’autres apparaissent. Il n’existe pas de mimosa qui ne fleurirait qu’en été par exemple. Les fleuristes forcent les rameaux coupés à s’ouvrir plus tôt, en jouant sur la température. D’autres se distinguent par leurs feuilles filiformes (comme A. extensa). Et il existe même un mimosa à fleurs blanches et plusieurs à fleurs de couleur crème. Et il faut compter avec le mimosa à feuilles pourpres et aux reflets bleus (A. baileyana ‘Purpurea’), une merveille de la nature.

Quand planter le mimosa ?
Idéalement, vous pouvez planter le mimosa d’avril à mai, voire éventuellement aussi en mars ou en juin. Compter un pied de mimosa au mètre carré.

Sont-il tous parfumés ?
Oui. La forme des fleurs de mimosa, composées de fins filaments, fait qu’elles s’adressent à de minuscules pollinisateurs, des mouches dites floricoles (elles ne se nourrissent que de nectar), attirées par l’odeur suave. Pour être fécondée, une fleur de mimosa doit sentir fort et c’est la raison pour laquelle tous sont parfumés. Mais ils le sont toutefois à des degrés divers. Le plus odorant est karoo, à feuilles caduques, très épineux mais à inflorescences spectaculaires. Il est même utilisé en parfumerie.

Ne pas confondre mimosa et acacias
Chez les mimosas, entre les noms communs employés par les jardiniers et les noms latins donnés par les botanistes, c’est un peu la confusion. Gare à ne pas prendre un nom latin pour un nom commun. Du point de vue botanique, les mimosas appartiennent au genre Acacia. Toutes les plantes ayant Acacia comme nom latin sont des mimosas. Mais les acacias (nom commun) sont en fait des robiniers (Robinia). Mais il existe un genre Mimosa qui désigne les sensitives : ces plantes dont le feuillage est timide.

Trois choses qu’ils redoutent :

  1. L’engrais : comme toute légumineuse, les acacias fixent l’azote de l’air au niveau de leurs racines qui hébergent des bactéries (qui dégagent d’ailleurs une odeur de butane). Tout apport d’engrais les brûle et s’avère inutile.
  2. Les terres calcaires : ce n’est pas sa tasse de thé. Seule exception : le mimosa des 4 saisons (A. retinodes). Si vous ajoutez à cela sa rapidité de croissance, sa bonne résistance au gel (-8 °C), rien d’étonnant à ce qu’il soit si souvent planté, surtout près de la mer. Il peut pousser dans une terre très calcaire sans souffrir le moins du monde. A. baileyana et A. saligna sont aussi très résistants.
  3. L’intérieur : les mimosas sont résistants à la sécheresse en pleine terre mais l’air sec leur est insupportable, et ils n’aiment pas les températures supérieures à 15 °C lorsqu’ils fleurissent. Installez-les sur le pas de la porte ou dans la véranda si vous voulez les cultiver en pot.

Les principales variétés de Mimosa : 

  • Le plus courant est la variété hybride ‘Le Gaulois’, atteignant jusqu’à 5 m de haut et résistant à -10°.
  • Le plus original est le Mimosa des 4 saisons (Acacia retinoides) qui fleurit en fin d’hiver puis en automne. ces fleurs jaune citron sont plus dispersées parmi les feuilles persistantes, non découpées. Il est plus résistant au froid, jusqu’à -12°, mais ne supporte guère les terres trop calcaires.
  • Acacia longifolia pour les curieux qui apprécieront ce « Mimosa chenille » aux feuilles non découpées et dont les glomérules jaune citron sont regroupés en nombreux goupillons denses.

Mimosa : mode d’emploi
Utilisation : installer un mimosa sur un talus sec et chaud. Pour avoir de l’ombre dans la maison, le planter devant une façade. L’ombre gagnera rapidement les pièces grâce à sa croissance rapide. Il se plaît également en haie brise vent.
Culture en terre : choisir un emplacement ensoleillé et chaud, abrité des vents froids, où le sol est sec et drainé. Prévoir assez de place en raison de leur croissance très rapide. Inutile d’arroser les jeunes plants de mimosa après leur mise en place, sauf en cas de culture en pot.

 

Conseils pour plantation en terre :

  • Creuser un trou de plantation de 60 cm de côté au moins.
  • Apporter un substrat riche au fond (fumure, compost, terreau…) et en sol lourd et argileux, apporter du sable. Le mimosa préfèrent les sols bien drainés.
  • Décompacter le fond du trou.
  • Humidifier la motte avant la mise en place.
  • Placer la motte dans le trou, combler avec la terre, tasser et former une cuvette pour faciliter l’arrosage.

Conseils pour plantation en pot :

  • Choisir un pot plus grand que la motte et drainer le fond avec des billes d’argile.
  • Préparer un substrat ­composé de 2/5 de terreau pour géraniums, 2/5 de terre de bruyère et 1/5 de sable de rivière, puis ajouter deux poignées de compost.
  • Remplir le pot avec ce mélange, positionner le mimosa, sans casser la motte.
  • Bien tasser la terre et arroser.

Entretien et hivernage du mimosa en pot : 

  • En régions froides, hiverner le pot à l’intérieur placer le pot dans une pièce lumineuse et non chauffée, comme une véranda ou une serre.
  • Lors des belles journées, aérer la pièces régulièrement.
  • Arroser le substrat seulement lorsqu’il présente une surface sèche.
  • En climat doux, placer le pot à l’abri d’un mur et de placer un voile d’hivernage sur la ramure pour la protéger du froid.

Pin It on Pinterest

UA-106587834-1